Accueil » Google Buzz, un produit hybride, prometteur mais encore lacunaire

Google Buzz, un produit hybride, prometteur mais encore lacunaire


Avec son Google Buzz, Google cède à la mode des statuts et s’attaque directement au fond de commerce de Twitter et Facebook. En intégrant directement son service dans l’interface de Gmail, il commence de fait avec un potentiel énorme d’utilisateurs, à savoir tous les utilisateurs actuels du webmail. Voilà qui devrait faire de Google Buzz un produit moins élitiste que Twitter, et donc très utile pour la promotion de vos sites web…

Similarités avec la concurrence

Buzz est une sorte d’hybride de ses principaux concurrents, il a su en tirer le meilleur.

Comme Twitter :

  • le système de following/followers : on peut se connecter à des flux buzz sans réciprocité (contrairement à Facebook),
  • on peut s’adresser directement à quelqu’un en utilisant la syntaxe @nomducompte,
  • le flux d’activité est public par défaut.

Comme Facebook :

  • De Facebook, Buzz a surtout retenu les possibilités d’interaction. Il est en effet possible de commenter et d’apprécier chaque buzz, ce qui facilite les conversations,
  • Le nombre de caractères pour chaque buzz n’est pas limité (ça peut être considéré comme un point faible pour ceux qui apprécient la concision des tweets, mais croyez moi, c’est souvent un calvaire d’exprimer correctement sa pensée en 140 caractères…),
  • Il est possible de cibler chaque buzz pour qu’il soit visible uniquement par un ou plusieurs groupes d’utilisateurs.

Innovations intéressantes

Mais Buzz est plus qu’un simple patchwork de fonctionnalités des concurrents. Son point fort, c’est l’intégration intelligente de ses autres services.

  • La page de votre profil buzz est en fait votre page de profil google.
  • Il est également capable de récupérer les flux de vos sites via votre compte Feedburner, si vous en avez un. Il n’est donc plus nécessaire de configurer des services externes pour publier vos articles dans votre flux d’activité : Buzz le fait pour vous.
  • De la même manière, il peut intégrer vos publications publiques issues de ses services Picasa, Google Reader, Youtube…
  • Inclus dans Gmail, Buzz intègre fort logiquement la possibilité de partager un buzz par email.

Sérieuses lacunes

Google Buzz a beau compiler le meilleur de ses concurrents, il a encore de sérieuses lacunes :

  • pas d’option de configuration avancée : la page de profil gagnerait par exemple à être plus personnalisable, en terme de look comme de contenu.
  • pas de personnalisation pour la publication des flux RSS. Actuellement, Buzz affiche entièrement les articles dans le flux, ce qui ne serait pas très dérangeant s’il n’y avait cette possibilité de commenter. Au final, les buzzeurs liront vos articles et surtout les commenteront sans jamais se rendre sur votre site, ce qui déclenchera un inévitable éparpillement des conversations.
  • pas d’API pour la gestion externe des contenus. Choix délibéré ou simple carence de jeunesse ? Probablement la seconde solution, car l’API est en partie ce qui fait la force de ses concurrents Twitter et Facebook. Il serait notamment possible de récupérer les commentaires pour les centraliser et ainsi corriger l’éparpillement des conversations… MAJ : Google Buzz a bien une API en cours de développement)
  • pas de fonction rebuzzing : la grande force de Twitter, c’est la possibilité (inventée par les utilisateurs) de retweeter une information, c’est à dire la publier à son tour, en mentionnant l’auteur original. L’option est absolument nécessaire pour diffuser le plus largement possible.
  • pas de lien externe pour buzzer : sur de plus en plus de sites, on trouve des liens pour diffuser facilement une information sur Facebook, Twitter ou autres services. Après une rapide recherche, ce genre de lien n’a pas l’air possible avec Google Buzz.

Conclusion

Google Buzz semble un nouveau service très prometteur, comme souvent avec Google. A mi-chemin entre l’efficace simplicité de Twitter et la grande diffusion de Facebook, il pourrait rapidement devenir un outil incontournable, à condition de corriger les quelques erreurs de jeunesse qui seront, sinon, de sérieux freins à l’adoption massive du service.

PS : ne perdez pas une seconde, testez le service en vous abonnant à mes buzz à partir de mon profil public.

Laisser un commentaire pour : « Google Buzz, un produit hybride, prometteur mais encore lacunaire »

Votre email ne sera jamais communiqué.
Les champs précédés d'un astérisque sont obligatoires.